Harley King, de Patrick McSpare

l

Harley_King_couverture

l

Harley King n’est pas un détective comme les autres. Et les preuves en sont légion : pour commencer, il est spécialisé dans les enquêtes paranormales. Ensuite, il est lui-même un phénomène paranormal à étudier, puisqu’il est originaire d’une autre dimension… Débarqué sur Terre en compagnie de Nosfe, son ami de toujours, c’est en quête de sensations et d’exotisme qu’il a installé son cabinet de détective à Palm Springs, en Californie.
Cependant, c’est à Berlin qu’on l’appelle pour une affaire d’importance : les membres de la famille Toffer, parmi les plus aisées de la capitale, décèdent les uns après les autres dans d’irréalistes circonstances : il semblerait que l’occulte soit mêlé à cette série de drames…
En compagnie de Nosfe et de miss Jade, une médium débrouillarde dont les talents ne seront pas de trop dans leur aventure, Harley King se lance à la poursuite d’une entité malfaisante… mais peut-être à raison ?

 l

l

Roman publié aux éditions Scrinéo en octobre 2018
Grand format, one-shot
279 pages
Coût : 16,90€

 l

l

— Faut s’annoncer quand on arrive, grommela le chauffeur. C’est plus correct.
Une allusion directe à la façon dont Harley l’avait épié dans les buissons. Tandis que Hans allait ramasser sa chemise, le détective ne se troubla pas.
— Oh, je suis confus ! J’étais subjugué par votre habileté, j’en ai perdu la notion du temps. Cette petite hache doit peser lourd, non ? Vous devez avoir un sacré background. Acquis chez les Toffer, ou c’est plus ancien ?
Hans lâcha sa chemise et arma un nouveau tir. Harley estima que les gamineries avaient assez duré. Avec une vivacité surhumaine, il dégaina son Colt Python, battant largement de vitesse son concurrent. Une seconde à peine, il braqua le chauffeur qui s’était figé, bras à demi levé. Puis il fit tourner son arme autour de son index, dans le plus pur style western.
— J’ai moi-même un peu d’entraînement, repris-il aimablement. Rien de comparable au vôtre, mais distrayant. Si notre enquête dure, nous pourrons peut-être monter un numéro ensemble ?

 l

 l

Je suis le travail de Patrick Mc Spare depuis sa trilogie des Héritiers de l’Aube ; quand sont arrivés les premiers teasings autour d’Harley King, j’ai tout de suite su que je n’allais pas pouvoir résister. De la fantasy urbaine, et contemporaine avec ça ? C’est pile ce que j’aime lire en ce moment.

l

Le roman s’ouvre sur les atypiques personnages d’Harley et de Nosfe (Nosfe, Nosfé ?), enquêteurs paranormaux dont on apprend rapidement qu’ils viennent… d’une autre dimension ! Nous n’aurons pas beaucoup d’informations sur cet univers parallèle, qu’ils évoquent épisodiquement avec humour et mystère. Pour l’instant, l’élément sert seulement à auréoler ces deux compagnons d’une aura dramatique et à justifier leurs capacités physiques surhumaines. Je dis pour l’instant car j’espère bien que nous pourrons découvrir, par le futur, de nouvelles aventures d’Harley King ! Pour moi, l’appréciation de ce roman passe par le fait de savoir à quel point ce projet est particulier pour l’auteur. Il s’est fait, pour ainsi dire, un kiff total en y intégrant toutes les mécaniques narratives qui lui plaisent, et ça se remarque vite si on connaît un peu ses romans. Au fil de ses expériences, il a acquis une nouvelle aisance d’écriture : ça a beaucoup fluidifié un style qui, il y a quelques années, était certes beau mais souvent alambiqué et très influencé par les thématiques historiques abordées. Désormais, l’écriture trouve sans mal le précieux équilibre de la narration à sensation sans tomber dans le surjeu. Et ça permet aux lecteurs comme moi, qui sont un peu tendus sur le style littéraire et la crédibilité narrative, de se laisser porter avec quiétude en appréciant chaque rebondissement romanesque !
Le roman a une ambiance bien à lui, sombre et ésotérique, qui verse parfois un peu dans le glauque – détours justifiés par les thèmes qui sont traités. Certains sujets sont matures et nous avons affaire à quelques scènes difficiles, qui ne sont pas à mettre entre toutes les mains. Mais la majorité du roman tourne autour d’une enquête qui mêle criminels du réel et du surnaturel, complexe et très bien ficelée, qui se concentre sur plusieurs enjeux à la fois et touche à plusieurs sous-genres de policier en même temps.

l

Les personnages sont nombreux et tous à soupçonner, comme dans la majorité des romans policiers ; davantage romanesques que fondamentalement réalistes, ils m’ont totalement conquise – les personnages sont ce qui me marque le plus dans un livre – et réussissent, malgré leur nombre important, à tous être correctement caractérisés. À peine ai-je confondu quelques gros bras entre eux à une ou deux reprises. Comme dans la majorité des romans policiers ou d’aventure, nous avons un profil féminin qui a un profil valorisé comme lié à sa tête plutôt qu’à l’épaisseur de ses muscles, et dont les hauts faits physiques sont vus comme étonnants et implicitement inhabituels par les autres personnages. Miss Jade allie des capacités de médium à un passé dans les forces militaires, ce qui en fait une femme aux multiples facettes, à l’évolution intéressante. Mais j’aimerais bien que Nosfe et Harley réussissent à lui adresser la parole sans mentionner, à un début de dialogue sur cinq (et encore, je suis gentille) à quel point elle réussit à être belle/charmante/ravissante ET intelligente à la fois.
L’intrigue dose efficacement les scènes d’investigation et d’action ; ces dernières sont d’ailleurs assez spectaculaires, ciselées par les capacités surhumaines des héros qui offrent de belles perspectives de cascade, et le savoir-faire de l’auteur qui n’en est plus à son coup d’essai en la matière. Cet équilibre et la diversité psychologique des personnages m’ont souvent fait songer à une adaptation en jeu vidéo, qui serait d’autant plus envisageable que le roman a cette ambiance singulière et des décors urbains très bien décrits…

l

Enfin, comme terminer cette chronique sans parler de l’humour distillé à petites doses partout dans le roman ? Léger mais efficace, on le retrouve surtout dans les dialogues ou discrètement intégré à la narration. Il  se manifeste surtout par des traits d’esprit bien trouvés et peut s’appuyer sur les caractéristiques atypiques des héros, le caractère épicé de certains personnages, d’occasionnelles touches d’ironie ou même sur un running gag, sans jamais devenir pesant. Omniprésent, il sert la dimension dramatique de certaines scènes ou allège certains passages psychologiquement éprouvants – sans les discréditer. Encore une fois, c’est une spécialité de l’auteur qu’il n’a cessé d’affiner au fil des ans.

 l

 l 

Points forts :
Un style exigeant et mûri par l’expérience
Une intrigue équilibrée qui ne renonce à aucun type de scène
Une galerie de personnages diversifiés
Une ambiance spécifique qui immerge dans l’univers du roman dès les premières pages

 l

Points faibles :
Davantage de compliments sur le cerveau de miss Jade, et un peu moins sur la douce harmonie de ses formes féminines, s’il vous plaît

 l

 Shishi heureux***

Shishi heureux

 l

 l

Un roman sombre mais plein de qualités qui marque un pivot dans l’évolution littéraire de Patrick McSpare. J’attends avec impatience les prochaines aventures d’Harley, Nosfe et miss Jade !

 l

Si tu as aimé Harley King, tu aimeras…
Le dernier songe de Lord Scriven, d’Eric Senabre

 l

Amitiés,
Chimène.
Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *