Gazette Dodécadente #16 : Octobre 2018

l
La Gazette Dodécadente est un rendez-vous littéraire exclusif à ce blog. Remix exotique du Sunday’s Book, librement inspiré du « C’est le 1er, je balance tout » inventé par Julia Lupiot sur son blog Allez vous faire lire, elle est mensuelle et servira de bilan un peu fourre-tout à propos du blog, de l’actualité littéraire francophone, de sujets aussi barbares que les musiques que j’écoute ou mon Bullet Journal…
Pourquoi « Gazette dodécadente » ? Le mot « gazette » est diablement sous-côté ; « dodéca » désigne un groupement de douze unités, comme les douze mois de l’année ; « décadence » est un autre terme sous-côté.
l
¿Octobre 2018, qué pasó?
 l
Mon mois d’octobre en quelques mots
Exceptionnellement, j’avance cette partie de la Gazette, qui d’ordinaire se trouve tout à la fin de l’article. Tu as dû soupirer fort, brave lecteur, et lever les yeux au ciel, en voyant qu’en dépit de mes promesses, le blog a connu un mois d’octobre plus qu’aride… Mort ! Je tiens vraiment à m’excuser de cette inactivité, qui m’a beaucoup pesé durant ces quatre semaines de rush… car oui, il y a une raison. Et une raison en titane, s’il te plaît. Il me serait compliqué de vraiment entrer dans les détails ici, mais sache que j’ai pris, en catastrophe, mon tout premier logement étudiant ! Me voici libre et indépendante, avec des courses à faire et une vaisselle quotidienne à honorer pour pouvoir en contrepartie manger ce qu’il me plaît et me coucher à l’heure que je veux.
Ce déménagement a été imprévu, précipité, et s’est assorti de complications familiales que je préfère taire sur le blog, mais qui m’ont pompé énormément de temps et d’énergie. D’où mon silence dans les carnets et mon retour sur la pointe des pieds avec une petite Gazette pour regagner ta confiance.
Octobre a été quasi-intégralement consacré à ce changement de situation, alors je n’ai pas grand-chose à raconter. Au moins ai-je pu garder un rythme de lecture convenable, comme tu pourras en juger par la suite… Niveau écriture, grosse pause imposée aussi : L’empire des invisibles prend un peu de retard. Mais le prochain chapitre est actuellement en correction, et il arrive sur le site ce dimanche !
 l
 l
Quels articles ont été postés sur le blog ?
Chronique de L’héritage des Rois-Passeurs, de Manon Fargetton
Chronique du film La saveur des ramen
 l
 l
Quels livres ai-je lus ? Classement du top au flop
Mes lectures d’octobre ont été fortement influencées par le Pumpkin Autumn Challenge… ça se sent, non ?
Brexit Romance, de Clémentine Beauvais

****

Un coup de cœur, comme pour la majorité de ses lecteurs ! Une amie me l’a prêté, mais entre-temps j’avais participé à un concours Facebook pour le gagner et j’ai été tirée au sort… Comme quoi, le hasard voulait vraiment me le mettre entre les mains.

 l

l

Poussière fantôme, d’Emmanuel Chastellière

***

Très agréable surprise ! Une écriture pétillante, un rythme endiablé, une intrigue originale et bien pensée. Pourvu qu’il y ait une suite !

 l

l

Le livre du thé, de Kakuzô Okakura

***

Je ne m’attendais pas à un ouvrage aussi historique et philosophique. Mais il faut bien passer par là pour retracer toutes les subtilités du thé à travers les âges ! En utilisant la cérémonie du thé comme prétexte, l’auteur dévoile et décortique la façon dont le Japon traditionnel conçoit le monde : une conception radicalement différente de la vision occidentale, et servie par une poésie rare. Le livre regorge de petites phrases tout à fait charmantes et très profondes ; si j’avais pu, j’aurais tout noté dans mon Bullet Journal.

 l

l

L’affaire Charles Dexter Ward, d’H. P. Lovecraft

***

Une façon relativement douce de découvrir le style de Lovecraft. Une écriture très complexe, mais malgré cette épreuve stylistique et le détachement du narrateur, le récit est à glacer le sang !

 l

l

Le fantôme de Baker Street, de Fabrice Bourland

**

Ce roman a moisi sept ans dans la Pile À Lire… Il ne casse pas trois pattes à un canard carnivore, mais ça reste une agréable lecture.

 l

l

Rituel de chair, de Graham Masterton

*

Une vraie déception. En plus d’être remarquablement machiste, le roman plonge trop souvent dans le gore sensationnel pour écœurer son lecteur, alors que son propos de base aurait été largement suffisant pour un thriller. Une dimension fantastique est ajoutée à la va-vite et fait vraiment figure de deus ex machina pour s’assurer que le lecteur ne pourrait jamais deviner la fin… Masterton est un auteur d’imaginaire très réputé, alors j’espère juste être tombée sur son plus mauvais livre !
 l
 l
Coup de cœur du mois
Après plusieurs années à tourner autour sans me décider, j’ai enfin commencé à regarder… Steven Universe. L’aspect très enfantin et sentimental de ce cartoon me rebutait ; maintenant, je regrette de ne pas l’avoir commencé plus tôt !

Steven Univers affiche

Ce dessin animé raconte le quotidien de Steven Universe, un petit garçon énergique et profondément optimiste. Il vit à Beach City avec son père et les Gemmes de Cristal : Grenat, Améthyste et Perle, trois femmes aux étranges aptitudes de combat. Elles sont en réalité des Gemmes, une espèce extraterrestre, et veillent sur Steven pour honorer la mémoire Rose Quartz, une gemme extrêmement puissante qui a donné sa vie pour pouvoir enfanter de lui. Steven a hérité de sa mère des pouvoirs magiques qu’il peine encore à maîtriser.
Les Gemmes de Cristal parcourent le monde pour détruire des gemmes corrompues et Steven les accompagne souvent dans leurs aventures. Mais il n’oublie pas les plaisirs simples de Beach City, comme un donut glacé ou un nouveau morceau appris à la guitare par son père…
C’est hyper feel good, pile ce qu’il me fallait pendant cet octobre difficile. Si vous avez un coup de mou, foncez mater un épisode, ça requinque complètement. Et comme l’affirment tous les fans, ce cartoon s’adresse à vraiment à n’importe quelle génération : il y a des messages forts, de l’amour débordant de tout partout, et si comme moi tu es accro aux chansons dans les dessins animés, tu vas être servi.e…
La série n’est disponible légalement qu’en VF, alors je t’invite à fouiller Internet à la recherche d’une VO ou VOSTFR. ça en vaut le coup !
 l
 l
L’actualité littéraire sur Internet
Camille, du blog I believe in pixie dust, a craqué pour Honeydukes, un livre tout mignon basé sur une boutique de friandises de l’univers Harry Potter. C’est Noël en avance ! Et ses photos sont tellement belles.
Comme Lupiot est un peu perchée (mais on l’aime quand même), elle a posté son Top littérature jeunesse 2017… avec un an de retard !
l
 l
Ma bande-son du mois

l

l

 l

 l
l
Mon Bullet Journal
Octobre marque la fin du Bullet Journal qui m’a accompagnée quotidiennement depuis mai… Et il était temps, il a bien doublé de volume avec la quantité aberrante de papiers en tous genres collés à l’intérieur !

Bullet Journal

Le nouveau est également un Paperblanks : bien qu’ils soient affreusement chers, j’apprécie ces carnets pour l’épaisseur de leur papier. Les grammages ordinaires, des Moleskine ou des Leuchtturm, sont systématiquement transpercés par mes feutres et mon aquarelle.
Je n’ai pas retrouvé de carnet à pages vierges dans le format de mon ancien BuJo, alors je me suis rabattue sur un ligné. Mais les lignes sont grises, elles s’oublient facilement à l’usage et ne dérangent pas les pleines pages décoratives.
Bullet Journal
Ma page de novembre n’est pas encore faite : j’ai donné la priorité à Halloween et au Día de muertos. Je ne sais pas encore quel thème prendre pour novembre… Une couleur chaude sûrement, pour contrer la fin de l’automne et l’entre-deux Halloween-Noël qui a tendance à me déprimer.
 l
l
Quand les YouTubeuses parlent Bullet Journal !
Le Plan with me de la bujoteuse « Les astuces de Margaux »
Et celui d’Elise Francisse
l
l
En parlant de feel good, j’ai beaucoup apprécié ce contenu…
Le Snail Mail est une nouvelle mode créative, qui consiste à s’envoyer des lettres très décorées, de véritables petites œuvres d’art. Je trouve que c’est un peu comme réinventer la roue, des gens redécouvrent le concept des messages postaux, mais il faut avouer que certaines lettres sont incroyablement belles.
La YouTubeuse Elise nous apprend quelques rudiments de calligraphie
l

l

C’en est fini pour cette Gazette. Et toi, ton coup de cœur du mois ? Le roman qui a éclairé ton automne, le film qui t’a fichu les jetons pendant Halloween ? Partage-moi ces bons plans ! Il se pourrait que j’en fasse quelque chose dans la Gazette de novembre…
l
Amitiés,
Chimène.
Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *