Divagation. Magic The Gathering : fantasy, amusement et stratégie

 

Magic The Gathering

 

L’été dernier, j’ai découvert une activité fantastique, un jeu de cartes mondialement connu qui fait des émules depuis des dizaines d’années : Magic The Gahering – ou « Magique – L’Assemblée » en français, bien que l’appellation n’ait été traduite qu’au tout début du jeu pour revenir ensuite à son nom d’origine.
rr
Le nom doit t’être familier : en jeu de cartes stratégique, on ne fait pas plus renommé. Contrairement à beaucoup d’autres, il regroupe largement plus de joueurs que de collectionneurs. Magic, c’est plus de vingt ans d’ancienneté, des dizaines d’extensions, des milliers de cartes différentes. Un univers qui, aujourd’hui encore, continue de s’étendre et attire sans cesse de nouveaux adeptes.
Le concept de base est simple : deux mages – aka deux joueurs – s’affrontent grâce à des créatures et des sorts, tous issus du même univers de fantasy, créé pour l’occasion et qui ne cesse de s’enrichir au fil des extensions.
Traditionnellement, pour commencer Magic, il faut être initié. En juillet 2017, lors d’un voyage à Paris, ma grande cousine m’a présenté le jeu et m’a fait jouer mes premières parties. Néanmoins, ce n’était pas une initiation en bonne et due forme, bien que je la considère désormais comme ma marraine du jeu. Pour faire les choses bien, j’ai profité de mon voyage pour me rendre à la Magic Corporation parisienne, véritable temple dédié à la pratique du jeu. J’étais accompagnée d’une amie proche, pas initiée non plus : on voulait le faire toutes les deux.
rr
L’initiation officielle, comment ça se passe ? Normalement, elle est réalisable dans presque tous les magasins spécialisés en jeux de cartes, mais mieux vaut vérifier au préalable sur un site spécialisés qui les références tous. Magic est un jeu d’affrontement : on nécessite au moins un partenaire pour faire une partie. Chaque joueur dispose de 20 points de vie et invoquera des créatures, des enchantements, des sorts éphémères, pour réduire à 0 ceux de son adversaire. Si le but paraît simple à comprendre, les manières de l’atteindre sont incroyablement variées. Stratégie offensive, défensive, basée sur l’accumulation d’enchantements, sur la manipulation des points de vie ? Tout est possible, et c’est ce qui fait le charme du jeu. Dans les parties classiques, les joueurs disposent chacun d’un tas de 60 cartes, un deck, qu’ils ont construit eux-mêmes selon leur stratégie de jeu. Un deck peut contenir plusieurs fois la même carte, jusqu’à quatre exemplaires. Ils piochent les sept cartes du dessus de leur pile, qu’ils garderont en main pour jouer.
Il est bon qu’environ la moitié du deck soit composée de cartes de mana. Tant que ça, car les manas sont très importants ! Il faut en mettre un certain nombre en jeu pour pouvoir invoquer des créatures ou des sorts. Plus la carte à invoquer sera puissante, plus il faudra de manas. Après, selon la stratégie adoptée par le joueur, le taux de mana dans le deck s’ajustera.
Sachant tout cela, revenons-en à l’initiation. Mon amie et moi nous sommes présentées à Magic Corporation en demandant à être initiées et un vendeur nous a présenté cinq boîtes de 60 cartes : une verte, une blanche, une noire, une rouge et une bleue. Ces cinq couleurs correspondent aux cinq différents types de cartes trouvables dans Magic. Si chaque couleur comporte des manas, des créatures et des sorts, chacune correspond à une stratégie de jeu bien distincte.
Magic The GatheringLes cinq decks d’initiation

 rr

Magic The GatheringLes cartes vertes foncent dans le tas : grosses créatures qui nécessitent beaucoup de manas pour être invoquées, sorts de boost en pagaille. La force de la nature !

 rr

Magic The GatheringLes cartes blanches jouent sur les points de vie : la plupart d’entre elles permettent d’en récupérer par des potions, des créatures. Et contrairement aux personnages healers des jeux vidéo, elles ont beaucoup de succès.

 rr

Magic The GatheringLes cartes noires, à  l’exact opposé de leurs homologues blanches, se jouent de la mort. Elles dérobent des points de vie à l’adversaire et ressuscitent les créatures tombées précédemment au combat, reléguées au cimetière. Avec elles, la mort n’est plus une fin en soi…

 rr

Magic The GatheringLes cartes rouges favorisent la rapidité d’action. Cartes qui coûtent peu de manas et laissent à désirer en matière de puissance, mais qui frappent rapidement sans laisser le temps de réagir. Les petits ruisseaux forment les grandes rivières ; guère aisé d’endiguer leurs multiples dégâts  additionnés…

 rr

Magic The GatheringLes cartes bleues sont les plus retorses. Armé d’enchantements et de sorts éphémères (utilisables n’importe quand sur le terrain), le joueur qui les utilise manipule les créatures et annule au dernier moment les manœuvres de l’adversaire, pour son plus grand déplaisir. Je dois avouer que c’est l’une de mes couleurs préférées.

 rr

Chaque boîte contenait un deck de 60 cartes, composé de deux couleurs : une qu’on pouvait choisir, selon la boîte, et une aléatoire, différente. Soit 30 cartes de chaque. Le vendeur nous a expliqué les stratégies représentées par les couleurs, et nous avons toutes les deux choisi un deck d’initiation rouge. En couleur secondaire, elle a eu du blanc, et moi du bleu. Ça me plaisait bien parce que justement, j’hésitais entre le rouge et le bleu. Créer des decks  bicolores est recommandé pour des possibilités de jeu plus larges, mais à partir de tricolore, ça devient compliqué à gérer.
Les decks d’initiation – et l’initiation en elle-même – sont entièrement gratuits. Nous avons bien fait de nous rendre à la Magic Corporation pour réaliser la nôtre, ils sont habitués de la chose et ont été super sympas. Munies de nos nouvelles cartes, nous nous sommes installées à une table avec le vendeur pour jouer notre première partie. Ce n’était pas vraiment la première pour moi, qui avait déjà expérimenté le jeu sous la tutelle de ma cousine, mais le faire à la Magic Corporation avec un professionnel avait une valeur différente.
Nous jouons chacune notre tour (à part pour les cartes spéciales, type sorts éphémères, pouvant être utilisées n’importe quand) et chacun de nos tours se compose de plusieurs phases. Depuis notre main de sept cartes, piochées sur notre deck, nous commençons par placer un mana, à utiliser ensuite pour invoquer des créatures ; une seule carte de mana par tour, pour en accumuler peu à peu et élargir son champ d’action. Ensuite, place à l’invocation des créatures : aucune ne peut être utilisée le tour de son arrivée, il faut obligatoirement attendre le tour suivant, sauf mention contraire sur la carte. Par exemple, les créatures rouges ont souvent la particularité Célérité, qui leur permet d’attaquer immédiatement après leur invocation. Je n’expliquerai pas toutes les règles parce que les pros le feront bien mieux que moi, et il est difficile de tout présenter à l’écrit. J’ai trouvé les règles dures à assimiler même si après quelques parties, le schéma se clarifie tout seul.
Le vendeur de Magic Corporation a dirigé notre première partie, puis nous a laissées jouer sans tuteur en restant non loin, prêt à nous aider au besoin. Ainsi s’est conclue notre initiation !

rr

Magic The GatheringMa collection de cartes à son niveau actuel. La quantité peut effrayer mais il y a beaucoup de cartes de manas, de créatures peu puissantes… Il faut tirer la substantifique moelle de tout ça pour créer quelques decks de 60 cartes efficaces

rr

De retour à Bordeaux, j’ai commencé à fréquenter « Armes de Légende », un magasin de cartes à jouer à deux pas de chez moi, qui se fournit pour plein de licences différentes, dont Magic donc. A cette occasion, j’ai constaté que la population de joueurs est très majoritairement composée d’hommes, et plus encore d’adultes. Il faut dire que la complexité de Magic nécessite une certaine maturité et que le milieu de la fantasy médiévale, quel que soit le support, est toujours davantage masculin. Malgré le fait que je sois une fraîche demoiselle même pas majeure, les habitués des Armes de Légendes m’ont très bien accueillie, en dépit de mon statut de pure novice, de surcroît. Les quelques parties que j’ai pu jouer là-bas m’ont beaucoup fait progresser, et observer des adeptes plus expérimentés est très instructif. Les Armes organisent des tournois les dimanches, participent à tous les événements organisés internationalement pour la sortie de nouvelles extensions Magic. Que demande le peuple ?
Magic The Gathering« Ixalan » est la dernière extension sortie à ce jour, mais la suivante ne devrait plus tarder…

rr

Magic The GatheringLes Planeswalker sont des cartes très puissantes à l’emploi particulier – que je ne maîtrise pas encore. Je trouve cette gorgone incroyablement classe

rr

Magic The GatheringLe succès des conventions Magic ! Photo issue du site Rolling Stone ; prise lors d’un tournoi d’importance à Las Vegas

rr

Malheureusement, depuis septembre, je n’ai plus trouvé le temps d’aller jouer au magasin… Si tu me connais un peu, tu dois te souvenir de l’article que j’ai posté il y a quelques mois pour annoncer le ralentissement du blog à cause, notamment, de mon année de terminale avec option d’espagnol coeff 18 pour le bac. Eh bien avec Magic, je me suis aussi heurtée à la réalité sur le plan du temps libre laissé par les cours. Une partie prend au moins une heure, et la première met toujours en haleine pour les suivantes. Sans compter le budget pour se constituer un deck digne de ce nom, la création même d’un deck efficace qui demande beaucoup de réflexion… Je suis une terminale à option lourde, je tiens un blog littéraire et je dois mener à bien des projets d’écriture sérieux et très chronophages. Alors en conséquence, je dois mettre de côté… ma collection de cartes Pokémon, mes multiples jeux de DS, la peinture et le dessin, mon attrait affirmé pour le tricot, et maintenant la pratique de Magic The Gathering. Bien que ça me chagrine beaucoup parce que c’est une activité de détente, pour laquelle je n’entretiens aucune motivation compétitive, qui attise mon âme de joueuse.

 rr

Alors, intéressé.e par l’univers de Magic ? De la stratégie, de la diversité, une communauté très active et un univers de fantasy renversant, j’ignore ce qu’il te faut de plus.

 rr

Pour aller plus loin ou au contraire mieux apprivoiser ce milieu, je te propose quelques liens utiles à explorer :
L’Instagram de SalamboFrenchGeek, une joueuse passionnée qui partage ses ouvertures, ses parties, ses cartes préférées…
Wizards.fr, le site Internet qui permet de trouver tous les magasins Magic près de chez toi
Un forum sur Magic The Gathering, très complet
La Page Facebook des Armes de Légende, mon magasin attitré, très actif et passionné
La Page Facebook de Magic Corporation, le magasin parisien spécialisé dans lequel j’ai fait mon initiation
Un groupe Facebook qui réunit plein de joueurs de Magic pour parler d’ouvertures de boosters, de stratégie, ou régler des litiges quant à l’usage en jeu de certaines cartes complexes

 rr

Sur ce, je clos cette Divagation et retourne à mes écritures. On se fait une partie de Magic quand tu veux !

 rr

Amitiés,
La Chimère.
Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *